Skip To Main Content

Expatriation

S’expatrier pour une durée plus ou moins longue, alors qu’on a des enfants, pose forcément la question de l’éducation scolaire.

Pour faire les bons choix, il est bon d’anticiper le retour, notamment en ce qui concerne la scolarisation des enfants. Maintenir un bon niveau de français et garder un lien avec les méthodes et les attendus en France facilitent la réintégration des élèves et leur réussite future. L’enseignement à distance, en cours complet ou en discipline séparée, apporte des réponses adaptées.

Programme expatriation Enseignement a distance

Une offre scolaire très inégale selon les pays et les villes

Expérience très enrichissante pour toute la famille, l’expatriation se prépare. Selon l’âge des enfants, selon le lieu d’habitation, les offres éducatives divergent : entre les écoles internationales, les lycées français à l’étranger ou les établissements scolaires du pays, le choix peut s’avérer complexe. Les places sont de plus très limitées au sein des établissements les plus demandés. Enfin, dans certains endroits reculés, aucune possibilité n’existe en présentiel. Chaque cas est donc différent.

L'enseignement à distance, de par sa souplesse, permet de choisir un enseignement “à la carte” s’adaptant à toute situation. On peut choisir des cours renforcés d’anglais pour se mettre rapidement à niveau et suivre aisément un enseignement global au sein d’un établissement anglophone. Au contraire, une autre famille peut privilégier le français, afin de préserver un niveau satisfaisant même durant l’expatriation. Enfin, il est possible de choisir la scolarité complète à distance, incluant l’ensemble des matières.

Expatriation : et après ?

La question du retour en France occupe une grande place dans les préoccupations des parents expatriés, qu’il s’agisse de quelques mois ou quelques années. En effet, outre le niveau de français, les méthodes et les programmes diffèrent d’un pays à l’autre. Un exemple parmi d'autres : aux Etats-Unis, on apprend à écrire en caractères scriptes. En France, l’écriture cursive est au contraire la norme dans toutes les écoles. Les programmes de mathématiques diffèrent aussi beaucoup et peuvent largement déstabiliser un élève ayant étudié dans un pays anglo-saxon. 

Le casse-tête des années scolaires décalées d’un continent à l’autre pose aussi problème : là encore, il est possible de se mettre au rythme du pays de destination grâce à l’enseignement à distance, plutôt que de devoir recommencer un début d’année.

En anticipant quelques mois avant le retour, on évitera donc à l’enfant de mauvaises surprises pouvant durablement entamer sa confiance en lui et sa réussite scolaire. Une phase d’adaptation est forcément nécessaire, mais l’expatriation doit avant tout constituer une source d’ouverture culturelle aussi passionnante qu’utile pour la suite du parcours scolaire de l’enfant.